top of page

Autismeet démence

Ressources
What is the relationship between Autism Spectrum Disorders and various dementias?

 

Most studies have indicated that there appears to be a negligible relationship between ASD and Alzheimer's disease.  Some are showing that risk is usually the result of a co-incidence condition, such as Down syndrome, an intellectual disability, or serious mental illness.  If a dementia is evident in older age, usually it is an FTD.  However, studies are lacking that show a pervasive association with lifelong ASD leading to dementia.

Questions about diagnostics?

It has been noted that persons with ASD may present differently at the clinical interview for a dementia assessment.  For more information about considerations when undertaking an clinical assessment see the NTG report on dementia diagnostics for adults with neuroatypical conditions.

Horaire des ateliers canadiens NTG

Public Comment to US Federal NAPA Council

Read the Public Comment presented at the July 19, 2021 Federal Advisory Council on Alzheimer's Research, Care, and Services offered by Ms. Kathryn Pears, who was NTG's Vice President at the time.  She asked the Council "what can you tell us about dementia in adults with ASD'?  The answer, she pronounced, was 'very little."  She proposed that consistent with the National Plan's Strategy 2.H: Improve Care for Populations Disproportionately Affected by Alzheimer's Disease and Related Dementias, and for Populations Facing Care Challenges, the Council needed to explore to what degree does Alzheimer's disease affects older adults with autism/ASD, and what are the care challenges when dementia is present!

To read the full text of the Comments (NTG version)           NAPA Council version

International Summit Secretariat Report on Autism and Dementia

The report, 'Autism, Aging, and Dementia: A Consensus Report of the Autism/Dementia Work Group of the 2nd International Summit on Intellectual Disabilities and Dementia,' synthesizes what is known about the nature of autism (or ‘autism spectrum disorder’) and inherent later-age neuropathologies, particularly dementia, and to explore potential genetic, neurobiological, and environmental factors associated with dementia and their effects on the lifespan and lived experience of older adults with autism.

Cover image_edited.jpg

Horaire des ateliers canadiens NTG

Le NTG a compilé les articles de recherche suivants pour faciliter un dialogue concernant le risque de démence lié à l'autisme.

Âge au décès et comorbidité des troubles liés à la démence chez les personnes atteintes de troubles du spectre autistique

Lucy Barnard-Brak, David Richman et Zhanxia Yang

Les progrès de l'autisme, 2019, 5(4). 26 septembre 2019.  https://www.emerald.com/insight/content/doi/10.1108/AIA-11-2018-0045/full/html

Résumé:Le trouble du spectre autistique (TSA) est un trouble permanent qui nécessite des services d'intervention et de soutien pour une population gériatrique croissante. Le but de cet article est d'examiner l'âge moyen au décès des personnes atteintes de TSA et de comorbidité subséquente avec la maladie d'Alzheimer et toute forme de démence, dans leur ensemble et selon le sexe. Les données se composaient de 1 754 personnes qui avaient un TSA répertorié comme l'une des causes de décès du système national de statistiques de l'état civil avec des données de 1999 à 2015. Dans la présente étude, les auteurs présentent des résultats contradictoires avec un âge moyen au décès pour les personnes atteintes de TSA. était de 68 ans en ajustant pour tenir compte de l'évolution des taux de prévalence. Les femmes atteintes de TSA avaient un âge moyen au décès plus élevé que les hommes atteints de TSA ; correspond à la tendance des différences entre les sexes dans la population générale.Les résultats de la présente étude indiquent également que les personnes atteintes de TSA étaient, en fait, moins susceptibles que la population générale d'avoir la maladie d'Alzheimer ou une forme de démence.Cependant, les hommes atteints de TSA étaient significativement plus susceptibles d'avoir contracté la maladie d'Alzheimer ou une forme de démence que les femmes atteintes de TSA. Guan et Li (2017) ont rapporté un âge moyen au décès de 36 ans pour les personnes atteintes de TSA, qui a ensuite été rapporté dans les médias, notamment CNN. Les auteurs soutiennent que cette étude fournit une estimation plus précise de l'âge moyen au décès.

Mortalité prématurée dans les troubles du spectre autistique

Tatja Hirvikoski, Ellenor Mittendorfer-Rutz, Marcus Boman, Henrik Larsson, Paul Lichtenstein et Sven Bolte

Journal britannique de psychiatrie(2016). 208, 232–238.doi : 10.1192/bjp.bp.114.160192

Résumé: Il a été suggéré que la mortalité est augmentée dans les troubles du spectre autistique (TSA). L'étude a examiné à la fois la mortalité toutes causes et la mortalité par cause dans les TSA, ainsi que le rôle modérateur du sexe et des capacités intellectuelles. Les rapports de cotes (OR) ont été calculés pour une cohorte basée sur la population de proposants TSA (n = 27 122, diagnostiqués entre 1987 et 2009) par rapport à des témoins appariés selon le sexe, l'âge et le pays de résidence (n = 2 672 185). Au cours de la période observée, 24 358 (0,91 %) personnes dans la population générale sont décédées, alors que le chiffre correspondant pour les personnes atteintes de TSA était de 706 (2,60 % ; OR = 2,56 ; IC à 95 % 2,38-2,76).Les analyses par cause ont montré une mortalité élevée dans les TSA pour presque toutes les catégories de diagnostic analysées.La mortalité et les schémas de mortalité par cause étaient en partie modérés par le sexe et les capacités intellectuelles générales. La mortalité prématurée a été nettement augmentée dans les TSA en raison d'une multitude de conditions médicales.

Maladie d'Alzheimer et trouble du spectre autistique : existe-t-il une association ?

Sarah A Khan, Shahida A Khan, AR Narendra, Gohar Mushtaq, Solafa A Zahran, Shahzad Khan et Mohammad A Kamal

Cibles médicamenteuses pour les troubles neurologiques du SNC, 2016;15(4):390-402. doi : 10.2174/1871527315666160321104303.

Résumé:Les troubles du spectre autistique (TSA) et la maladie d'Alzheimer (MA) sont respectivement des troubles neurodéveloppementaux et neurodégénératifs, avec des effets dévastateurs non seulement sur l'individu mais aussi sur la société. Collectivement, un certain nombre de facteurs contribuent à l'expression du TSA et de la MA. Il est de la plus grande curiosité que ces troubles s'expriment à différents stades de la vie et qu'il y ait une implication de certains gènes sensibles. Cette base génétique fait de l'arrière-plan des associations courantes telles que les déficits de mémoire, les changements cognitifs, la démyélinisation, le stress oxydatif et l'inflammation, une partie intégrante des deux troubles. La technologie moderne entraînant des cultures génétiquement modifiées et l'augmentation des gadgets émettant des fréquences électromagnétiques ont entraîné des risques accrus de dysfonctionnements et de troubles neurologiques tels que les TSA et la MA. Les progrès ultérieurs dans les aspects psychologiques, pharmacologiques, biochimiques et nutritionnels des troubles ont entraîné le développement de nouvelles approches thérapeutiques. Les caractéristiques cliniques communes telles que les troubles du langage, les fonctions exécutives et les problèmes moteurs ont été discutées ainsi que les changements physiopathologiques, le rôle de la méthylation de l'ADN, le développement de la myéline et les métaux lourds dans l'expression de ces troubles. Les approches psychopharmacologiques et nutritionnelles de la réduction et de la gestion des facteurs de risque ont attiré l'attention des chercheurs ces dernières années. Les principales thérapies actuelles ciblent soit les voies inflammatoires, soit réduisent le stress oxydatif cellulaire. Cet article se concentre sur les points communs des deux troubles.

Symptômes autistiques dans une population gériatrique présentant des troubles cognitifs légers et une démence précoce (I4-1.009)

Danielle Crawford, Erin Abner, Paul Glaser et Gregory Jicha

Neurologie,2014, 08 avril 2014 ; 82 (supplément 10)

https://n.neurology.org/content/82/10_Supplement/I4-1.009

Résumé:Étude conçue pour évaluer la présence de symptômes autistiques dans une cohorte gériatrique présentant des troubles cognitifs légers et une démence précoce. Les troubles du spectre autistique (TSA) varient selon l'âge d'apparition, mais sont classiquement diagnostiqués au plus tard à l'adolescence ou au début de l'âge adulte. La possibilité que le développement d'un TSA en fin de vie puisse se produire a été mal explorée. Des études récentes ont suggéré que l'apparition tardive de symptômes de TSA peut se développer dans la démence frontotemporale, mais n'ont pas été liées au développement d'autres démences ou de troubles cognitifs légers (MCI). Afin de caractériser les symptômes de TSA en fin de vie dans le MCI et la démence, nous avons interrogé les soignants de 140 sujets atteints de troubles cognitifs en fin de vie de la cohorte longitudinale du centre de la maladie d'Alzheimer de l'Université du Kentucky à l'aide du GARS-II. Quatre-vingt-un sujets ont retourné le sondage pour un taux de réponse de 58 %. Les sujets ayant les scores d'indice d'autisme les plus élevés ont signalé un âge significativement plus jeune au début du déclin que ceux qui ont obtenu un score dans la plage « peu probable » (n = 49) : 68,2 ± 9,3 contre 74,9 ± 7,9 (p < 0,01). Cela reste vrai lorsque les répondants étaient limités aux seuls cas de démence (n = 13 et n = 33) : 67,7 ± 9,4 contre 74,0 ± 8,8 (p < 0,05). Ces données démontrent que les symptômes de TSA sont associés à la démence dégénérative tardive et que ces symptômes sont plus fréquents chez les personnes atteintes de démence précoce que tardive.Il est possible que des tendances infracliniques au TSA tout au long de la vie ne se manifestent que lorsque la fonction neurologique est compromise par le développement d'insultes pathologiques même les plus légères au cours des années gériatriques.D'autres travaux examinant l'interaction entre les TSA et la démence tardive pourraient aider à identifier les principaux domaines d'implication neuroanatomique partagée entre les TSA et les démences tardives, et fournir des informations précieuses qui pourraient accélérer le développement de stratégies thérapeutiques pour les TSA et les caractéristiques comportementales observées dans le MCI et la démence. États.

Maladie d'Alzheimer et trouble du spectre autistique : existe-t-il une association ?

Sarah A Khan, Shahida A Khan, AR Narendra, Gohar Mushtaq, Solafa A Zahran, Shahzad Khan et Mohammad A Kamal

Cibles médicamenteuses pour les troubles neurologiques du SNC, 2016;15(4):390-402. doi : 10.2174/1871527315666160321104303.

Résumé:Les troubles du spectre autistique (TSA) et la maladie d'Alzheimer (MA) sont respectivement des troubles neurodéveloppementaux et neurodégénératifs, avec des effets dévastateurs non seulement sur l'individu mais aussi sur la société. Collectivement, un certain nombre de facteurs contribuent à l'expression du TSA et de la MA. Il est de la plus grande curiosité que ces troubles s'expriment à différents stades de la vie et qu'il y ait une implication de certains gènes sensibles. Cette base génétique fait de l'arrière-plan des associations courantes telles que les déficits de mémoire, les changements cognitifs, la démyélinisation, le stress oxydatif et l'inflammation, une partie intégrante des deux troubles. La technologie moderne entraînant des cultures génétiquement modifiées et l'augmentation des gadgets émettant des fréquences électromagnétiques ont entraîné des risques accrus de dysfonctionnements et de troubles neurologiques tels que les TSA et la MA. Les progrès ultérieurs dans les aspects psychologiques, pharmacologiques, biochimiques et nutritionnels des troubles ont entraîné le développement de nouvelles approches thérapeutiques. Les caractéristiques cliniques communes telles que les troubles du langage, les fonctions exécutives et les problèmes moteurs ont été discutées ainsi que les changements physiopathologiques, le rôle de la méthylation de l'ADN, le développement de la myéline et les métaux lourds dans l'expression de ces troubles. Les approches psychopharmacologiques et nutritionnelles de la réduction et de la gestion des facteurs de risque ont attiré l'attention des chercheurs ces dernières années. Les principales thérapies actuelles ciblent soit les voies inflammatoires, soit réduisent le stress oxydatif cellulaire. Cet article se concentre sur les points communs des deux troubles.

Troubles neurodéveloppementaux et vieillissement : rapport sur la charrette du groupe d'étude d'Atlanta sur les troubles neurodéveloppementaux et le vieillissement

Matthew P Janicki, C Michael Henderson, I Leslie Rubin et Groupe d'étude sur les conditions neurodéveloppementales

Revue Handicap et Santé, 2008, avril, 1(2), 116-24. doi : 10.1016/j.dhjo.2008.02.004.

 

Résumé:Cet article fournit un résumé des actes de la charrette du groupe d'étude sur les conditions neurodéveloppementales qui s'est tenue les 21 et 22 mai 2007 à Atlanta, en Géorgie (États-Unis) et souscrite par la Developmental Disabilities Branch des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis et le National Institut de recherche sur le handicap et la réadaptation. La charrette faisait partie de la conférence sur « L'état de la science dans le vieillissement avec des troubles du développement : tracer des trajectoires de durée de vie et des environnements de soutien pour une vie saine ». L'objectif de la charrette était d'examiner les connaissances existantes sur les effets à long terme liés au vieillissement et les interactions d'un certain nombre de conditions neurodéveloppementales, y comprisautisme, la paralysie cérébrale, le syndrome de Down, le syndrome de l'X fragile, le syndrome de Prader-Willi, le spina bifida et le syndrome de Williams. Les intervenants ont noté que bien qu'il existe des informations publiées concernant les changements de durée de vie avec ces troubles, en particulier la paralysie cérébrale et le syndrome de Down, il y a un manque de preuves confirmant la plupart de ces conditions et ont conclu que des recherches factuelles supplémentaires et des travaux cliniques d'investigation sont nécessaires. mieux comprendre les effets à long terme de la maturation et du vieillissement sur les adultes atteints de ces conditions. Les principales recommandations comprenaient un appel à davantage de travail vers l'identification et la description des présentations et des cours des troubles médicaux liés à l'âge qui sont courants parmi ces conditions ; détermination de la prévalence et de l'incidence comparatives de conditions médicales spécifiques entre les personnes atteintes de troubles neurodéveloppementaux et la population générale ; l'utilisation des données de prévalence et d'incidence pour mieux comprendre les facteurs de risque des affections concomitantes ; la promotion de la surveillance, du dépistage et des protocoles de traitement spécifiques pour la prestation de soins de santé ; établissement d'un programme de recherche collaborative translationnelle sur les affections associées à l'âge avancé; et la diffusion d'informations liées au vieillissement et à la santé aux prestataires et aux personnes touchées par ces conditions.

Maladie d'Alzheimer et trouble du spectre autistique : existe-t-il une association ?

Sarah A Khan, Shahida A Khan, AR Narendra, Gohar Mushtaq, Solafa A Zahran, Shahzad Khan et Mohammad A Kamal

Cibles médicamenteuses pour les troubles neurologiques du SNC, 2016;15(4):390-402. doi : 10.2174/1871527315666160321104303.

Résumé:Les troubles du spectre autistique (TSA) et la maladie d'Alzheimer (MA) sont respectivement des troubles neurodéveloppementaux et neurodégénératifs, avec des effets dévastateurs non seulement sur l'individu mais aussi sur la société. Collectivement, un certain nombre de facteurs contribuent à l'expression du TSA et de la MA. Il est de la plus grande curiosité que ces troubles s'expriment à différents stades de la vie et qu'il y ait une implication de certains gènes sensibles. Cette base génétique fait de l'arrière-plan des associations courantes telles que les déficits de mémoire, les changements cognitifs, la démyélinisation, le stress oxydatif et l'inflammation, une partie intégrante des deux troubles. La technologie moderne entraînant des cultures génétiquement modifiées et l'augmentation des gadgets émettant des fréquences électromagnétiques ont entraîné des risques accrus de dysfonctionnements et de troubles neurologiques tels que les TSA et la MA. Les progrès ultérieurs dans les aspects psychologiques, pharmacologiques, biochimiques et nutritionnels des troubles ont entraîné le développement de nouvelles approches thérapeutiques. Les caractéristiques cliniques communes telles que les troubles du langage, les fonctions exécutives et les problèmes moteurs ont été discutées ainsi que les changements physiopathologiques, le rôle de la méthylation de l'ADN, le développement de la myéline et les métaux lourds dans l'expression de ces troubles. Les approches psychopharmacologiques et nutritionnelles de la réduction et de la gestion des facteurs de risque ont attiré l'attention des chercheurs ces dernières années. Les principales thérapies actuelles ciblent soit les voies inflammatoires, soit réduisent le stress oxydatif cellulaire. Cet article se concentre sur les points communs des deux troubles.

La relation entre le syndrome d'Asperger subclinique et la dégénérescence lobaire frontotemporale

Midorikawa A. & Kawamura M

Démence et troubles cognitifs gériatriques Extra,2012, 2, 180–186.https://doi.org/10.1159/000338174

​Résumé :L'existence de la variante comportementale de la démence frontotemporale (bv-FTD), y compris le syndrome d'Asperger sénile (SA), a été proposée. Cependant, il n'y a pas de rapports de cas empiriques pour soutenir la proposition. Dans ce rapport, nous présentons 3 patients qui présentaient des symptômes de bv-FTD et des signes de troubles du spectre autistique, en particulier de SA. Nous avons évalué 3 sujets en utilisant les critères diagnostiques de bv-FTD, et leurs soignants ont rétrospectivement fourni des données pour calculer le quotient du spectre de l'autisme, version japonaise [Wakabayashi et al. : Shinrigaku Kenkyu 2004;75:78–84]. Nous avons également comparé ces données avec celles obtenues auprès de 3 personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. Il est possible que certaines personnes séniles présentant un comportement inadapté de type dégénérescence lobaire frontotemporale puissent également avoir une SA subclinique.

Maladie d'Alzheimer et trouble du spectre autistique : existe-t-il une association ?

Sarah A Khan, Shahida A Khan, AR Narendra, Gohar Mushtaq, Solafa A Zahran, Shahzad Khan et Mohammad A Kamal

Cibles médicamenteuses pour les troubles neurologiques du SNC, 2016;15(4):390-402. doi : 10.2174/1871527315666160321104303.

Résumé:Les troubles du spectre autistique (TSA) et la maladie d'Alzheimer (MA) sont respectivement des troubles neurodéveloppementaux et neurodégénératifs, avec des effets dévastateurs non seulement sur l'individu mais aussi sur la société. Collectivement, un certain nombre de facteurs contribuent à l'expression du TSA et de la MA. Il est de la plus grande curiosité que ces troubles s'expriment à différents stades de la vie et qu'il y ait une implication de certains gènes sensibles. Cette base génétique fait de l'arrière-plan des associations courantes telles que les déficits de mémoire, les changements cognitifs, la démyélinisation, le stress oxydatif et l'inflammation, une partie intégrante des deux troubles. La technologie moderne entraînant des cultures génétiquement modifiées et l'augmentation des gadgets émettant des fréquences électromagnétiques ont entraîné des risques accrus de dysfonctionnements et de troubles neurologiques tels que les TSA et la MA. Les progrès ultérieurs dans les aspects psychologiques, pharmacologiques, biochimiques et nutritionnels des troubles ont entraîné le développement de nouvelles approches thérapeutiques. Les caractéristiques cliniques communes telles que les troubles du langage, les fonctions exécutives et les problèmes moteurs ont été discutées ainsi que les changements physiopathologiques, le rôle de la méthylation de l'ADN, le développement de la myéline et les métaux lourds dans l'expression de ces troubles. Les approches psychopharmacologiques et nutritionnelles de la réduction et de la gestion des facteurs de risque ont attiré l'attention des chercheurs ces dernières années. Les principales thérapies actuelles ciblent soit les voies inflammatoires, soit réduisent le stress oxydatif cellulaire. Cet article se concentre sur les points communs des deux troubles.

[Troubles du développement et démence]    original en japonais

​Akira Midorikawa

Cerveau Nerf, septembre 2015;67(9):1125-32.doi : 10.11477/mf.1416200271.

Résumé:Cet article examine la relation entre les troubles du développement et la démence avec le vieillissement. Les personnes atteintes de troubles du spectre autistique (TSA) sont vulnérables aux événements de la vie, même à un âge avancé. Dans certains cas, les personnes séniles atteintes de TSA non diagnostiquées, qui ont développé des comportements inadaptés après des événements de vie négatifs, ont été considérées comme ayant une variante comportementale de la démence frontotemporale (bvFTD). Cependant, à notre connaissance, il n'existe aucun rapport sur les relations entre ASD et bvFTD. Alternativement, il n'y a qu'un nombre limité de rapports qui traitent des relations entre les troubles du développement et la démence. L'une de ces relations est celle observée chez les patients atteints de démence à corps de Lewy (DCL) et ceux atteints de la maladie de Parkinson (MP), qui ont également tendance à avoir un trouble déficitaire de l'attention/hyperactivité (TDAH) à un plus jeune âge. Une autre relation de ce type est observée chez les patients atteints d'aphasie progressive primaire (APP) qui présentent une fréquence élevée de troubles d'apprentissage (LD) parmi leurs parents au premier degré. Ces résultats impliquent que la voie des neurotransmetteurs ou le réseau du langage dans le cerveau est vulnérable chez certains sujets. Ces études rétrospectives ont démontré une relation possible entre les troubles du développement et la démence ; cependant,aucune étude n'a montré une causalité des troubles du développement et de la démence.

Les comportements du spectre autistique dans la démence en fin de vie sont associés à un fardeau accru d'enchevêtrements neurofibrillaires dans le lobe frontal

Elizabeth K. Rhodus, Justin M. Barber, Shoshana H. Bardach, Peter T. Nelson et Gregory A. Jicha

UNAlzheimer et démence, .2020;16(Suppl.2):e043927., DOI:10.1002/alz.043927. 

https://alz-journals.onlinelibrary.wiley.com/doi/pdf/10.1002/alz.043927

​Résumé :Des études cliniques antérieures ont décrit des comportements de type spectre autistique dans environ 16 % des cas de démence d'apparition tardive. Le substrat neuropathologique de ces comportements est actuellement inconnu, mais peut faire la lumière sur les voies neuroanatomiques et moléculaires partagées impliquées dans ces formes autrement distinctes de dysfonctionnement cérébral. . Cette étude examine l'hypothèse selon laquelle les sujets atteints de démence tardive associée à des comportements de type autistique présenteront des caractéristiques pathologiques accrues dans les cortex d'association frontale et pariétale. Une conception cas-témoin appariée selon l'âge, l'éducation et le sexe a été utilisée. Les sujets ont été recrutés dans la cohorte d'autopsie longitudinale du Centre de la maladie d'Alzheimer de l'Université du Kentucky. Les sujets avaient un diagnostic de MCI ou de démence au moment de l'achèvement de l'échelle d'évaluation de l'autisme Gilliam-2 (GARS-2) en plus des évaluations cliniques, génétiques et cognitives standard (n = 148). Ceux qui sont venus à l'autopsie démontrant soit aucune preuve de (n = 24) ou un niveau élevé de (n = 19) comportements de type autistique sur le GARS-2 ont été inclus.  Évaluation neuropathologique complète inclus l'évaluation de toutes les pathologies courantes de démence tardive à l'aide d'échelles d'évaluation semi-quantitatives et de mesures quantitatives numériques des caractéristiques pathologiques globales et régionales. Les analyses entre les groupes n'ont démontré aucune différence significative dans l'âge, l'éducation, le sexe, le diagnostic clinique ou le statut apoE4. Les cas d'autisme élevé par rapport aux cas de non-autisme ont obtenu des scores significativement plus élevés sur l'échelle d'évaluation de la démence clinique (p<0,05). 20 % des personnes présentant des caractéristiques pathologiques compatibles avec une maladie tardive (16 %), cérébrovasculaire (2 %) ou à corps de Lewy (2 %). Aucun cas n'avait de dégénérescence lobaire frontotemporale (FTLD) comme pathologie primaire ou comorbide. Les mesures quantitatives des enchevêtrements neurofibrillaires et de la charge tau étaient plus élevées dans les lobes frontaux des sujets autistes élevés par rapport aux témoins non autistes appariés (p <0,02).Ces données sont les premières à lier les comportements de type autistique à des niveaux accrus de tau et de pathologie neurofibrillaire dans les lobes frontaux lors de l'autopsie chez des sujets atteints de démence en fin de vie.Pourtant, les données actuelles démontrent que la pathologie FTLD n'est pas un contributeur majeur à de tels comportements dans une cohorte communautaire de démence tardive. Des travaux supplémentaires pour comprendre les liens potentiels entre la neurodégénérescence médiée par tau et les comportements de type autistique sont justifiés.

"Adultes âgés atteints de TSA : les conséquences du vieillissement." Aperçus d'une série de réunions de groupes d'intérêt spéciaux tenues à l'International Society for Autism Research 2016-2017

A. Roestorf, DM Bowler, MK Deserno, P. Howlin, L. Klinger, H. McConachie, JR Parr, P. Powell, BFC Van Heijst et HM Geurts

Recherche sur les troubles du spectre autistique, 2019, juillet ; 63, 3-12. doi:10.1016/j.rasd.2018.08.007.

Résumé: Une réunion du groupe d'intérêt spécial (SIG), intitulée "Older Adults with ASD: The Consequences of Aging", s'est tenue lors des réunions annuelles de l'International Society for Autism Research (INSAR) en 2016 et 2017. La SIG et les réunions suivantes ont réuni, pour la première fois, des délégués internationaux membres de la communauté des autistes, des chercheurs, des praticiens et des prestataires de services. Sur la base de recherches sur le vieillissement de l'autisme qui sont déjà en cours au Royaume-Uni, en Europe, en Australie et en Amérique du Nord, les discussions ont porté sur la conceptualisation des paramètres du vieillissement lorsqu'ils se réfèrent à l'autisme, et les mesures qu'il convient d'utiliser avec les personnes âgées lors de l'examen de l'évaluation diagnostique, des facteurs cognitifs , et la qualité de vie des personnes âgées. Ainsi, l'objectif de ce SIG était de faire avancer le programme de recherche sur les orientations actuelles et futures de la recherche sur l'autisme dans le contexte du vieillissement. Une question mondiale sur la façon de définir le « vieillissement » en se référant aux TSA était au premier plan des discussions. Le concept de «vieillissement» peut en principe faire référence à toutes les transitions développementales. Cependant, dans cet article, nous nous concentrons sur les changements cognitifs et physiques qui se produisent à partir de la quarantaine. En conséquence, il a été convenu que la recherche sur le vieillissement et les TSA devrait se concentrer sur les adultes de plus de 50 ans, étant donné les taux élevés de problèmes de santé physique et mentale concomitants et le risque accru de décès prématuré chez certaines personnes. De plus, on sait très peu de choses sur les changements cognitifs, les besoins en soins et les résultats des adultes autistes au-delà de cet âge. Des discussions sur les thèmes des évaluations diagnostiques et cognitives, ainsi que de la qualité de vie et du bien-être ont été explorées grâce au partage des connaissances sur les mesures actuellement utilisées et sur les questions de base à poser pour obtenir des antécédents médicaux et de développement complets et informatifs. En conséquence, une enquête a été complétée par des délégués du SIG qui étaient des représentants de groupes de recherche internationaux sur quatre continents et qui mènent actuellement des études auprès d'adultes autistes plus âgés. Un chevauchement considérable a été identifié entre différents groupes de recherche dans les mesures de l'autisme et de la qualité de vie, ce qui a indiqué que la combinaison des données et de l'apprentissage partagé était la prochaine étape logique. En ce qui concerne les questions contextuelles posées, les différents groupes de recherche ont couvert des sujets similaires, mais les groupes différaient dans la manière dont ces questions étaient formulées lorsqu'ils travaillaient avec des adultes autistes à travers une gamme de capacités cognitives. Il est devenu clair que la contribution continue des personnes autistes est importante pour garantir que les questionnaires utilisés actuellement et à l'avenir sont accessibles et compréhensibles pour les personnes de tout le spectre autistique, y compris celles dont les capacités verbales sont limitées.

Découverte des mutations somatiques de l'autisme/déficience intellectuelle dans le cerveau de la maladie d'Alzheimer : déficiences cytosquelettiques mutées de l'ADNP et réparation en tant qu'étude de cas

Janina Ivashko-Pachima, Adva Hadar, Iris Grigg, Vlasta Korenková, Oxana Kapitansky, Gidon Karmon, Michael Gershovits, C. Laura Sayas, R. Frank Kooy, Johannes Attems, David Gurwitz et Illana Gozes

Psychiatrie moléculaire, 2019.https://doi.org/10.1038/s41380-019-0563-5

​Résumé : La maladie d'Alzheimer (MA) présentant une capacité réduite de renouvellement des cellules souches neurales, nous avons émis l'hypothèse que des mutations de novo contrôlant le développement embryonnaire, sous la forme de mutations somatiques cérébrales, déclenchent la maladie. Un gène majeur présentant des mutations autistiques-intellectuelles (DI) dominantes hétérozygotes de novo est la protéine neuroprotectrice dépendante de l'activité (ADNP), avec une ADNP intacte protégeant contre la tauopathie AD. Nous avons découvert une mutation ADNP de l'autisme génomique (c.2188C>T) dans les bulbes olfactifs et les hippocampes de la MA post-mortem. L'ARN-Seq des bulbes olfactifs a également identifié une nouvelle mutation ADNP hotspot, c.2187_2188insA. Au total, 665 mutations dans 596 gènes avec 441 mutations chez les patients atteints de MA (389 gènes, 38 % AD—mutations exclusives) et 104 gènes présentant des mutations pathogènes (OMIM) ont été découvertes. Les gènes mutés OMIM AD ont convergé sur les mécanismes du cytosquelette, l'autisme et l'ID provoquant des mutations (environ 40 % chacun). Le nombre et la fréquence moyenne des mutations liées à la MA par sujet étaient plus élevés chez les sujets MA que chez les témoins. L'exploration de données ARN-seq (hippocampe, cortex préfrontal dorsolatéral, gyrus fusiforme et gyrus frontal supérieur - 583 sujets) a donné des résultats similaires. Le chevauchement de toutes les zones cérébrales testées a identifié des mutations uniques et partagées, l'ADNP étant identifié comme un gène associé à l'autisme/ID/AD et présentant plusieurs mutations uniques de vieillissement/AD. La grande bibliothèque de gyrus fusiformes (117 sujets) avec une couverture de séquençage élevée a corrélé la fréquence de mutation c.2187_2188insA ADNP au stade de Braak (tauopathie) et a montré plus de mutations ADNP dans les échantillons AD. Dans les cultures cellulaires, l'extrait NAP dérivé de l'ADNP a inhibé la toxicité de l'ADNP-microtubule (MT) muté et amélioré l'association Tau – MT. Nous proposons un concept de changement de paradigme dans la perception de la MA par lequel l'accumulation de mutations somatiques en mosaïque favorise la pathologie cérébrale.

La santé physique et mentale des adultes d'âge moyen et plus âgés sur le spectre de l'autisme et l'impact de la déficience intellectuelle

Lauren Bishop-Fitzpatrick et Eric Rubenstein

Recherche sur les troubles du spectre autistique, 2019, juillet 63, 34-41.  doi:10.1016/j.rasd.2019.01.001. Publication en ligne le 29 janvier 2019.

Résumé:Les personnes autistes peuvent avoir plus de problèmes de santé physique et mentale dans la quarantaine et la vieillesse par rapport à la population générale. Cette étude décrit la santé physique et mentale d'un échantillon unique de tous les bénéficiaires de Medicaid du Wisconsin d'âge moyen et plus âgés avec un diagnostic de trouble du spectre autistique et teste les différences entre ceux avec et sans déficience intellectuelle concomitante.  En utilisant des données anonymisées sur les demandes de remboursement de Medicaid pour 143 adultes ayant un diagnostic enregistré de trouble du spectre autistique âgés de 40 à 88 ans avec toute demande de remboursement de Medicaid du Wisconsin de 2012 à 2015, nous avons extrait les diagnostics de problèmes de santé physique et mentale à partir des demandes de paiement à l'acte. Des analyses de régression logistique - en tenant compte du sexe, de la race et de l'âge - ont comparé les probabilités ajustées de problèmes de santé physique et mentale pour les personnes avec et sans déficience intellectuelle. (70,6 %), les maladies cardiovasculaires (49,0 %) et leurs facteurs de risque (46,2 %), les troubles du sommeil (85,3 %), les troubles gastro-intestinaux (49,7 %), les troubles neurologiques (55,9 %) et les troubles psychiatriques (72,0 %) étaient fortement répandue dans notre échantillon complet. Bien qu'il y ait de nombreuses similitudes entre les personnes avec et sans déficience intellectuelle concomitante, les adultes d'âge moyen et plus âgés sur le spectre autistique avaient une prévalence plus élevée d'épilepsie et une prévalence plus faible de dépression et d'anxiété par rapport à ceux sans déficience intellectuelle concomitante. Les résultats suggèrent que les personnes autistes ont une prévalence élevée de problèmes de santé physique et mentale dans la quarantaine et la vieillesse, quel que soit leur statut de déficience intellectuelle.

Âge au décès et comorbidité des troubles liés à la démence chez les personnes atteintes de troubles du spectre autistique

Lucy Barnard-Brak, David Richman et Zhanxia Yang

Les progrès de l'autisme, 2019, 5(4). 26 septembre 2019. https://www.emerald.com/insight/content/doi/10.1108/AIA-11-2018-0045/full/html

Résumé:Le trouble du spectre autistique (TSA) est un trouble permanent qui nécessite des services d'intervention et de soutien pour une population gériatrique croissante. Le but de cet article est d'examiner l'âge moyen au décès des personnes atteintes de TSA et de comorbidité subséquente avec la maladie d'Alzheimer et toute forme de démence, dans leur ensemble et selon le sexe. Les données se composaient de 1 754 personnes qui avaient un TSA répertorié comme l'une des causes de décès du système national de statistiques de l'état civil avec des données de 1999 à 2015. Dans la présente étude, les auteurs présentent des résultats contradictoires avec un âge moyen au décès pour les personnes atteintes de TSA. était de 68 ans en ajustant pour tenir compte de l'évolution des taux de prévalence. Les femmes atteintes de TSA avaient un âge moyen au décès plus élevé que les hommes atteints de TSA ; correspond à la tendance des différences entre les sexes dans la population générale.Les résultats de la présente étude indiquent également que les personnes atteintes de TSA étaient, en fait, moins susceptibles que la population générale d'avoir la maladie d'Alzheimer ou une forme de démence.Cependant, les hommes atteints de TSA étaient significativement plus susceptibles d'avoir contracté la maladie d'Alzheimer ou une forme de démence que les femmes atteintes de TSA. Guan et Li (2017) ont rapporté un âge moyen au décès de 36 ans pour les personnes atteintes de TSA, qui a ensuite été rapporté dans les médias, notamment CNN. Les auteurs soutiennent que cette étude fournit une estimation plus précise de l'âge moyen au décès.

Mouvements stéréotypés et démence frontotemporale

Mario F. Mendez, Jill S. Shapira et Bruce L. Miller

Trouble du mouvement,2005, 20(6), 742-746

Les mouvements stéréotypés sont caractéristiques deautismeou [déficience intellectuelle], mais peut également survenir chez les patients atteints de démence, en particulier de démence frontotemporale (FTD). Dans cette étude, nous avons administré l'échelle des mouvements involontaires anormaux (AIMS) à 18 patients atteints de DFT et à 18 patients atteints de la forme la plus courante de démence, la maladie d'Alzheimer (MA). Les scores AIMS ont été recueillis lors de la présentation initiale des patients qui n'avaient pas reçu de médicaments antipsychotiques. Comparés aux patients AD, les patients FTD avaient des mouvements significativement plus stéréotypés, y compris des comportements de frottement fréquents et certains actes d'automutilation. Tous les patients atteints de FTD avec des mouvements stéréotypés avaient des comportements de type compulsif, suggérant une cause physiopathologique similaire, et la plupart avaient une diminution de leurs mouvements stéréotypés avec l'administration de sertraline, un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine.

Stratégies de recherche, de pratique et de politique pour l'autisme plus tard dans la vie : un rapport d'un groupe de réflexion sur le vieillissement et l'autisme

Stephen M. Edelson, David B. Nicholas, Kevin P. Stoddart, Margaret B. Bauman, Laurie Mawlam, Wenn B. Lawson, Caroline Jose, Rae Morris et Scott D. Wright

Journal de l'autisme et des troubles du développement, 2020, 2,1-9 mai.https://doi.org/10.1007/s10803-020-04514-3

 

Résumé : Au cours de la dernière décennie, il y a eu un intérêt croissant pour les adultes sur le spectre autistique, et plus récemment, les défis liés au vieillissement de cette population. Une réunion de groupe de réflexion de deux jours, axée sur le vieillissement dans l'autisme, a été organisée entre des leaders internationaux dans le domaine de la recherche et de la pratique de l'autisme. Cette réunion comprenait une série de présentations traitant de l'état actuel de la recherche sur le vieillissement, suivies de discussions concernant les priorités à venir. Les participants ont partagé leurs réflexions et leurs préoccupations concernant les services communautaires, les politiques gouvernementales, les perspectives sociétales et la santé physique et mentale. L'objectif de ces discussions était d'envisager des approches systématiques visant à fournir des soutiens significatifs qui peuvent assurer une qualité de vie aux personnes âgées sur le spectre de l'autisme. Des recherches supplémentaires sont nécessaires sur le rôle des affections médicales concomitantes dans l'autisme, y compris leurs présentations symptomatiques et leurs manifestations comportementales, la façon dont ces affections médicales et caractéristiques symptomatiques peuvent changer avec l'âge, et comment elles peuvent être identifiées avec précision et traitées efficacement. Nous devons également en savoir plus sur les problèmes de santé spécifiques associés au vieillissement, tels que l'arthrite, le cancer, l'hypertension, le diabète, l'obésité, les accidents vasculaires cérébraux et la démence ; et comment ces conditions se manifestent chez les personnes autistes. De plus, nous devons savoir comment les personnes autistes réagissent aux thérapies standard couramment utilisées pour traiter ces affections et, si elles sont différentes, quelles approches thérapeutiques s'avéreraient les plus efficaces dans cette population.

Comportements caractéristiques des troubles du spectre de l'autisme dans une cohorte gériatrique présentant des troubles cognitifs légers ou une démence précoce

Elizabeth K. RhodusJustin BarbierErin L AbnerDanielle MC DuffShoshana H. BardachAllison Caban HoltDonita LightnerGraham D. RowlesFrederick A. Schmitt, &Gregory A Jicha

Trouble Alzheimer Dis Assoc. janvier-mars 2020;34(1):66-71.doi: 10.1097/WAD.0000000000000345.

Les troubles du spectre autistique (TSA) représentent un groupe hétérogène de phénotypes cliniques qui sont classiquement diagnostiqués au moment de l'adolescence. La possibilité d'émergence tardive de TSA a été peu explorée.  Afin de caractériser plus complètement la possibilité d'émergence tardive de comportements caractéristiques de TSA dans le MCI et la MA, nous avons interrogé des soignants de 142 personnes âgées atteintes de troubles cognitifs de la cohorte longitudinale du centre de la maladie d'Alzheimer de l'Université du Kentucky à l'aide de l'échelle d'évaluation de l'autisme Gilliam-2. Les participants ayant un indice d'autisme élevé (autisme « possible/très probable », n = 23) ont signalé un âge significativement (statistiquement et cliniquement) plus jeune au début des troubles cognitifs que ceux qui ont obtenu un score dans la plage d'autisme « peu probable » (n = 119) : 71,14±10,9 contre 76,65±8,25 (p = 0,034). De plus, les personnes du groupe Autisme "possible/très probable" ont démontré une gravité avancée de la déficience cognitive, indiquée par les scores de la somme des cases de l'échelle d'évaluation de la démence clinique. Les données démontrent que les comportements de TSA peuvent apparaître de novo dans la démence dégénérative et que ces comportements sont plus répandus chez les personnes atteintes de démence précoce. Des travaux supplémentaires élucidant un lien entre les TSA et la démence pourraient faire la lumière sur les formes subcliniques de TSA, identifier les domaines d'implication neuroanatomique partagée entre les TSA et les démences, et fournir des informations précieuses qui pourraient accélérer le développement de stratégies thérapeutiques.

Explorer la comorbidité dans les troubles mentaux au sein d'une population nationale danoise

Oleguer Plana-Ripoll, Carsten Bøcker Pedersen, Yan Holtz, Michael E Benros, Søren Dalsgaard, Peter de Jonge, Chun Chieh Fan, et al. 

JAMA Psychiatry, 1 mars 2019;76(3):259-270.  https.//doi : 10.1001/jamapsychiatry.2018.3658.

 

Résumé:Les personnes atteintes de troubles mentaux développent souvent une comorbidité au fil du temps. Les études antérieures sur la comorbidité ont souvent limité les analyses à un sous-ensemble de troubles et peu d'études ont fourni des risques absolus de comorbidité ultérieure. et des estimations par paires spécifiques au sexe entre les principaux groupes de troubles mentaux, et de développer un site Web interactif pour visualiser tous les résultats et guider la recherche future et la pratique clinique. Cette étude de cohorte basée sur la population a inclus tous les individus nés au Danemark entre le 1er janvier 1900 et le 31 décembre 2015 et vivant dans le pays entre le 1er janvier 2000 et le 31 décembre 2016. Les analyses ont été menées entre juin 2017 et mai 2018. Les registres de santé danois ont été utilisés pour identifier les troubles mentaux, qui ont été examinés dans la classification statistique internationale à 10 niveaux des maladies et des problèmes de santé connexes, 10e révision, groupes de sous-chapitres (par exemple, codes F00-F09 et F10-F19). Pour chaque paire de troubles classés dans le temps, les risques relatifs globaux et décalés et les IC à 95 % ont été calculés à l'aide de modèles de régression des risques proportionnels de Cox. Les risques absolus ont été estimés à l'aide d'analyses de survie aux risques concurrents. Des estimations pour chaque sexe ont été générées. Au total, 5 940 778 personnes ont été incluses dans cette étude (2 958 293 hommes et 2 982 485 femmes ; âge moyen [ET] au début du suivi, 32,1 [25,4] ans). Ils ont été suivis pendant 83,9 millions d'années-personnes.Tous les troubles mentaux étaient associés à un risque accru de tous les autres troubles mentaux lors de l'ajustement en fonction du sexe, de l'âge et de l'heure du calendrier.e (rapports de risque allant de 2,0 [IC à 95 %, 1,7-2,4] pour les déficiences intellectuelles antérieures et les troubles alimentaires ultérieurs à 48,6 [IC à 95 %, 46,6-50,7] pour les troubles du développement antérieurs et les déficiences intellectuelles ultérieures). Certains troubles étaient associés à des risques absolus substantiels de développer des troubles ultérieurs spécifiques (p. ex., 30,6 % [IC à 95 %, 29,3 %-32,0 %] des hommes et 38,4 % [IC à 95 %, 37,5 %-39,4 %] des femmes avec un diagnostic des troubles de l'humeur avant l'âge de 20 ans ont développé des troubles névrotiques dans les 5 années suivantes). La comorbidité dans les troubles mentaux est omniprésente et le risque persiste dans le temps. Cette étude fournit des risques relatifs et absolus spécifiques au trouble, au sexe et à l'âge de la comorbidité des troubles mentaux.

L'hyperplasticité dans les troubles du spectre autistique confère une protection contre la maladie d'Alzheimer

Lindsay M.Oberman & AlvaroPascual-Leone

Hypothèses médicales, 2014, septembre 83(3), 337-342

Les troubles du spectre autistique (TSA) touchent actuellement environ 1 % de la population, entraînant de graves incapacités et nécessitant une meilleure compréhension de l'étiologie actuellement énigmatique de ces troubles. Des données récentes suggèrent que certains patients atteints deTSApeut avoir un dysfonctionnement de la plasticité cérébrale (en particulier, les données provenant de modèles animaux et d'études humaines suggèrent une propension à une plasticité excessive). La plasticité est essentielle à l'établissement et au maintien des circuits cérébraux; cependant, une trop grande plasticité peut entraîner une instabilité des connexions structurelles et compromettre les systèmes fonctionnels nécessaires à la cognition et au comportement. Plusieurs sources de données suggèrent que la plasticité diminue tout au long de la tranche d'âge et peut sous-tendre le déclin cognitif lié à l'âge. Nous émettons l'hypothèse que les individus dont le cortex commence comme relativement "hyperplasique" (comme on peut le voir dans les TSA) devraient alors être relativement protégés du déclin cognitif lié à l'âge (qui, selon nous, est lié à une réduction de la plasticité). Dans la présente étude, nous avons effectué une régression linéaire multiple en utilisant l'âge et le diagnostic comme variables prédictives afin d'évaluer la force de la relation entre l'âge, le diagnostic ou une interaction des deux facteurs et le degré de modulation de l'excitabilité corticale par la stimulation magnétique transcrânienne comme un indice de plasticité corticale. Les résultats indiquent qu'à travers la tranche d'âge, les individus atteints de TSA présentent une modulation systématiquement accrue de l'excitabilité corticale par rapport aux individus en développement typique, de sorte que la pente générale du déclin à travers la tranche d'âge est adaptée dans les deux groupes. Nous avons soutenu que le risque de déclin cognitif lié à l'âge d'un individu (et le risque de manifester des symptômes de démence) dépend du point de départ de l'individu et des pentes de changement de l'efficacité de la plasticité au cours de la vie. Par conséquent, nos résultats suggèrent que les personnes atteintes de TSA pourraient être relativement protégées contre le déclin cognitif lié à l'âge et le risque de démence.

La prévalence et l'incidence de la démence précoce chez les adultes atteints de troubles du spectre autistique

Giacomo Vivanti, Sha Tao, Kristen Lyall, Diana L. Robins et Lindsay L. Shea

Recherche sur l'autisme,11 août 2021,https://doi.org/10.1002/aur.2590

La prévalence et l'incidence de la démence précoce chez les adultes atteints de troubles du spectre autistique (TSA) sont actuellement inconnues. Dans cette étude cas-témoin, la prévalence et l'incidence de la démence précoce chez les personnes atteintes de TSA ont été examinées de 2008 à 2012 à l'aide des fichiers Medicaid Analytic eXtract. Les participants étaient des adultes de 30 à 64 ans qui étaient bénéficiaires de Medicaid et avaient soit un diagnostic de TSA uniquement (n = 12 648), soit un diagnostic de TSA avec déficience intellectuelle (DI) concomitante (n = 26 168), soit un diagnostic de DI sans TSA (n = 406 570), ou aucun diagnostic de TSA ni de DI (n = 798 828). La prévalence de la démence sur 5 ans était de 4,04 % chez les adultes atteints de TSA uniquement et de 5,22 % chez ceux atteints de TSA et de DI concomitante. Cette prévalence était plus élevée par rapport à la prévalence de la démence chez les personnes sans TSA et sans DI (0,97 %), mais inférieure par rapport aux personnes avec DI seulement (7,10 %). Les facteurs de risque associés à la prévalence accrue dans la population générale étaient également associés au risque accru de démence chez les personnes atteintes de TSA. Même après ajustement pour ces facteurs de risque, par rapport à la population générale, la démence s'est avérée plus fréquente chez les personnes atteintes de TSA uniquement (risque relatif ajusté, 1,96 ; IC à 95 %, 1,69-2,28), ainsi que chez les personnes atteintes de TSA et co. -ID survenant (risque relatif ajusté, 2,89 ; IC à 95 %, 2,62–3,17). En conclusion, les adultes atteints de TSA de moins de 65 ans étaient environ 2,6 fois plus susceptibles de recevoir un diagnostic de démence par rapport à la population générale de notre étude.

Deterioro Cognitivo y Demencias en Adultos con Trastorno del Espectro Autista
Troubles cognitifs et démence chez les adultes atteints de troubles du spectre autistique

David Toloza Ramírez, Carolina Iturra Pedreros et Grisol Iturra Pedreros

Revista Ecuatoriana de Neurología, 2020, 29(2), 92-102. doi:10.46997/revecuatneurol29200092

Les troubles du spectre autistique (TSA) ont été étudiés principalement chez les enfants. Cependant, actuellement, 1 adulte sur 68 vit avec ce trouble neurodéveloppemental. Les TSA à l'âge adulte présentent des symptômes évocateurs de troubles cognitifs, compromettant rapidement diverses fonctions cognitives. Les troubles cognitifs et les troubles du comportement contribuent au développement de maladies neurodégénératives telles que la démence frontotemporale (DFT) et la maladie d'Alzheimer (MA) chez les personnes atteintes de TSA à l'âge adulte, ce qui affecte les activités de la vie quotidienne (AVQ). L'objectif de cette revue systématique est d'étudier la progression des TSA vers les troubles cognitifs et la démence à l'âge adulte. La méthodologie comprenait l'analyse qualitative d'études publiées dans les années 2000 et 2020, exclusivement en anglais. Les résultats révèlent que les adultes atteints de TSA développent des troubles cognitifs précoces et une démence selon la population générale, affectant principalement les fonctions cognitives telles que la mémoire et les fonctions exécutives. En conclusion, un degré modéré à profond de déficience intellectuelle, ainsi que des réductions de la substance blanche, semblent être des précurseurs du développement de troubles cognitifs et de démence chez les adultes atteints de TSA. 

Comparaison des comportements caractéristiques des comportements des troubles du spectre autistique et des symptômes comportementaux et psychiatriques de la démence

Elizabeth K. Rhodus, Justin Barber, Erin L. Abner, Shoshana H. Bardach, Allison Gibson et Gregory A. Jicha

Vieillissement et santé mentale, 2020, 23 novembre;1-9.https://doi.org/10.1080/13607863.2020.1849025

 

Des similitudes existent dans l'expression comportementale des troubles du spectre autistique (TSA) et de la maladie d'Alzheimer et des démences apparentées (ADRD). Le but de cette étude était d'évaluer la présence de symptômes comportementaux et psychiatriques de la démence (SCPD) et des comportements de type TSA chez les adultes atteints de ADRD. À l'aide d'une conception transversale, les données de la cohorte de participants du centre de la maladie d'Alzheimer de l'Université du Kentucky ont été utilisées. La régression linéaire hiérarchique a été utilisée pour évaluer (1) la relation entre les comportements de type TSA (mesurés par la Gilliam Autism Rating Scale-Second Edition, GARS-2) et les SCPD mesurés par le Neuropsychiatric Inventory (NPI), et (2) la relation entre les comportements de type TSA et la gravité de la démence (mesurée par la somme des cases de l'évaluation clinique de la démence [CDR]), lors du contrôle des SCPD. Des données complètes étaient disponibles pour 142 participants. En utilisant α de 0,05, les analyses ont identifié les comportements de TSA étaient significativement associés aux cotes de gravité des SCPD (r = 0,47 ; p < 0,001) et à la gravité de la démence (r = 0,46 ; p < 0,001). GARS-2 a expliqué 6,1 % (p < 0,001) de la variance dans la somme des cases du CDR lors du contrôle du NPI et d'autres covariables. Il existe un chevauchement significatif des comportements caractéristiques des TSA et des SCPD tels qu'évalués par le NPI et le GARS-2, malgré l'utilisation de ces instruments dans des contextes de développement et de vieillissement disparates. Les comportements de TSA ne semblent pas être uniquement présents dans la petite enfance en tant que manifestation de TSA, mais sont également présents chez les personnes âgées atteintes de troubles cognitifs neurodégénératifs. De telles associations justifient des recherches supplémentaires sur la causalité, l'évaluation et les interventions comportementales pour permettre de nouvelles approches thérapeutiques ciblant les comportements de TSA tout au long de la vie.

L'utilisation de médicaments approuvés pour la maladie d'Alzheimer dans les troubles du spectre autistique : une revue systématique

Daniel A. Rossignol, &Richard E. Frye.

Front Pediatr, 2014, 2:87,1-8.  Publié en ligne le 22 août 2014. doi: 10.3389/fped.2014.00087

Le trouble du spectre autistique (TSA) est un trouble neurodéveloppemental qui touche 1 enfant sur 68 aux États-Unis. Même s'il s'agit d'un trouble courant, seuls deux médicaments (la rispéridone et l'aripiprazole) sont approuvés par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis pour traiter les symptômes associés au TSA. Cependant, ces médicaments sont approuvés pour traiter l'irritabilité, qui n'est pas un symptôme principal du TSA. Un certain nombre de nouveaux médicaments, qui n'ont pas été approuvés par la FDA pour traiter les TSA, ont été utilisés hors indication dans certaines études pour traiter les symptômes des TSA, y compris des médicaments approuvés pour la maladie d'Alzheimer. Fait intéressant, certaines de ces études sont des études de haute qualité, à double insu et contrôlées par placebo (DBPC). Cet article passe systématiquement en revue les études publiées jusqu'en avril 2014, qui examinaient l'utilisation des médicaments contre la maladie d'Alzheimer dans les TSA, y compris le donépézil (sept études, deux étaient DBPC, cinq améliorations signalées sur sept), la galantamine (quatre études, deux étaient DBPC, toutes rapportées améliorations), la rivastigmine (une étude rapportant des améliorations), la tacrine (une étude rapportant des améliorations) et la mémantine (neuf études, une était DBPC, huit rapportaient des améliorations). Une échelle fondée sur des données probantes a été utilisée pour classer chaque médicament. Collectivement, ces études ont rapporté des améliorations dans le langage expressif et la communication, le langage réceptif, l'interaction sociale, l'irritabilité, l'hyperactivité, l'attention, le contact visuel, la labilité émotionnelle, les comportements répétitifs ou d'autostimulation, la planification motrice, les comportements perturbateurs, les symptômes obsessionnels compulsifs, la léthargie, comportements TSA globaux et augmentation du sommeil paradoxal. Les effets secondaires signalés sont examinés et comprennent l'irritabilité, les problèmes gastro-intestinaux, la régression verbale ou comportementale, les maux de tête, l'irritabilité, les éruptions cutanées, les tremblements, la sédation, les vomissements et les problèmes d'élocution. La galantamine et la mémantine avaient toutes deux un classement de preuves suffisant pour améliorer à la fois les symptômes principaux et associés des TSA. Étant donné le manque de médicaments approuvés pour traiter les TSA, d'autres études sur de nouveaux médicaments, y compris les médicaments contre la maladie d'Alzheimer, sont nécessaires.

Troubles cognitifs et démence chez les adultes atteints de troubles du spectre autistique

David Toloza Ramírez,Caroline Iturra Pedreros,& Grisol Iturra Pedreros

Rev Ecuat Neurol [en ligne]. 2020, 29(2), 92-102. ISSN 2631-2581. https://doi.org/10.46997/revecuatneurol29200092.

Les troubles du spectre autistique (TSA) ont été étudiés principalement chez les enfants. Cependant, actuellement, 1 adulte sur 68 vit avec ce trouble neurodéveloppemental. Les TSA à l'âge adulte présentent des symptômes évocateurs de troubles cognitifs, compromettant rapidement diverses fonctions cognitives. Les troubles cognitifs et les troubles du comportement contribuent au développement de maladies neurodégénératives telles que la démence frontotemporale (DFT) et la maladie d'Alzheimer (MA) chez les personnes atteintes de TSA à l'âge adulte, ce qui affecte les activités de la vie quotidienne (AVQ). L'objectif de cette revue systématique était d'étudier la progression des TSA vers les troubles cognitifs et la démence à l'âge adulte. La méthodologie comprenait l'analyse qualitative d'études publiées dans les années 2000 et 2020, exclusivement en anglais. Les résultats révèlent que les adultes atteints de TSA développent des troubles cognitifs précoces et une démence selon la population générale, affectant principalement les fonctions cognitives telles que la mémoire et les fonctions exécutives. En conclusion, un degré modéré à profond de déficience intellectuelle, ainsi que des réductions de la substance blanche, semblent être des précurseurs du développement de troubles cognitifs et de démence chez les adultes atteints de TSA.

Troubles du spectre autistique chez les personnes âgées : vers la définition d'un programme de recherche

Joseph Piven, MD,* et Peter Rabins, MD,† au nom du groupe de travail sur l'autisme chez les personnes âgées

J Am Geriatr Soc 59:2151–2155, 2011. doi : 10.1111/j.1532-5415.2011.03632.x

Les troubles du spectre autistique (TSA) comptent parmi les déficiences développementales graves les plus courantes, mais on sait peu de choses sur les personnes âgées atteintes de TSA, en particulier sur la manière dont les incapacités et les dépendances résultant du vieillissement interagissent avec celles résultant des TSA. Le vieillissement de la population dans les pays occidentaux, le taux croissant de diagnostic de TSA et l'utilisation croissante des services pour les TSA convergent pour créer un afflux important et croissant d'adultes âgés atteints de TSA qui pourraient imposer d'énormes charges humaines et économiques à la population. le système de santé et la société. La compréhension des aspects épidémiologiques, biologiques, psychologiques et sociaux des TSA chez les personnes âgées est essentielle pour se préparer à répondre à leurs besoins, mais les études sur les TSA chez ces personnes sont pratiquement inexistantes. Cet article présente les observations et les recommandations d'un groupe d'experts multidisciplinaire réuni en mars 2010 pour caractériser les lacunes dans les connaissances sur les TSA chez les personnes âgées et définit des orientations de recherche pour aider les individus, le système de santé et la société à se préparer à répondre aux besoins de cette population. Le programme de recherche proposé pourrait aider à améliorer la vie des personnes âgées atteintes de TSA et éclairer la recherche et la pratique clinique impliquant des personnes plus jeunes atteintes de TSA.

"Des associations spécifiques avec la démence et les tremblements ou l'ataxie ont été démontrées avec le vieillissement chez les personnes atteintes du syndrome de Down et du syndrome de l'X fragile, des troubles du développement génétiquement définis qui sont souvent associés à la présence d'autisme ou de caractéristiques autistiques."

Autistic spectrum disorder symptoms in a geriatric population with MCI and early dementia

Jicha, G.A.
Journal of Alzheimers Disease and Parkinsonism, 2013 Sept, 3:4 [Preceedings of the 2013 International Conference on Psychology, Autism and Alzheimers Disease; San Antonio, Texas].   DOI: 10.4172/2161-0460.S1.004

Abstract:  Autism spectrum disorders (ASD) represent a heterogeneous cluster of clinical phenotypes that may vary in age of onset, but are classically diagnosed by adolescence or early adulthood at latest. The possibility that development of late life ASD may occur after this age has been poorly explored. Several recent studies have suggested that late life onset of ASD symptoms can develop in frontotemporal dementia, but otherwise have not been linked to the development of neurodegenerative disorders such as Alzheimer?s disease (AD) or mild cognitive impairment (MCI). In order to more fully characterize the possibility of late life emergence of ASD symptoms in MCI and AD, we surveyed the caregivers of 140 subjects with late-life cognitive impairment from the University of Kentucky Alzheimer?s Disease Center Longitudinal Cohort using the GARS-II. Eighty-one caregivers returned the survey for a response rate of 58%. For subjects whose age of onset of cognitive decline was known, autism index ratings based on the sum of the three GARS-II subscale standard scores were associated with age at onset. Subjects with the highest index ratings (Possible/Very likely, n=14) reported significantly (statistically and clinically) younger age at onset than those who scored in the ?Unlikely? range (n=49): 68.2?9.3 vs. 74.9?7.9 (p=0.0088). This remains true when only the dementia cases are considered: 67.7?9.4 (Possible/Very likely, n=13) vs. 74.0?8.8 (Unlikely, n=33): (p=0.038). These data demonstrate that ASD symptoms are seen in conjunction with late-life degenerative dementia of all types and are more prevalent in those with early vs. late onset dementia. It is possible that lifelong subclinical ASD tendencies, might manifest only when neurological function is compromised by the development of even the mildest of pathologic insults in geriatric years. Further work elucidating a potentially complex interplay between ASD and late life dementia could shed much light on our appreciation of preclinical forms of ASD, identify key areas of shared neuroanatomic involvement between ASD and late life dementias, and further provide valuable insights that might hasten the development of therapeutic strategies for both ASD and late life neurodegenerative disorders.

Early-onset dementia in autism spectrum disorder

Ian Fyfe

Nat Rev Neurol. 2021 Oct;17(10):595. doi: 10.1038/s41582-021-00564-y.

 

Autism spectrum disorder (ASD) is associated with an increased risk of early-onset dementia, new research has shown. Vivanti et al. used US medical insurance records for >1.2 million individuals aged 30–64 years to examine the prevalence of dementia over 5 years among people with a diagnosis of ASD, ASD with intellectual disability, intellectual disability alone or neither. The prevalence was highest among people with intellectual disability alone (7.10%), but was also considerably higher among people with ASD (4.04%) and people with ASD and intellectual disability (5.22%) than among the healthy population (0.97%). More research will be needed to understand the mechanisms that underlie this association.

The search for a link between autism spectrum disorder and neurodegenerative dementia

Giorgio G. Fumagalli, Alessandro Crippa

Autism. 2016 Jul;20(5):515-516. doi: 10.1177/1362361316647224. Epub 2016 May 2.

As the prevalence rates of autism and neurodegenerative dementia are rising, it has become a public health priority understanding the factors that might contribute to the co-occurrence of the two conditions. To date, the literature about the intersection between autism and neurodegenerative dementia is still limited although growing. In this perspective article, we summarized the evidence on this topic, describing the behavioral features shared by autism and neurodegenerative dementia, including social communication difficulties, cognitive alterations, and emotional problems. In addition, we reviewed the results from recent studies on the prevalence of dementia in autistic older individuals. Last, we focused on possible shared mechanisms and pathological underpinnings for each condition. We highlighted the importance of understanding the strengths and the needs of autistic subjects who present comorbid dementia, in order to develop long term care resources and arrange appropriate intervention programs. Furthermore, we argued that the systematic study of potentially common etiopathological mechanisms could increase our knowledge about the pathological basis of autism and neurodegenerative dementia, to possibly develop targeted interventions.

Autistic symptoms in a geriatric population with mild cognitive impairment and early dementia (I4-1.009)

Crawford, D., Abner, E., Glaser, P., & Jicha, G.
Neurology, Apr 2014, 82 (10 Supplement) I4-1.009.  https://n.neurology.org/content/82/10_Supplement/I4-1.009

Evaluate the presence of autistic symptoms in a geriatric cohort with mild cognitive impairment and early dementia. Autistic spectrum disorders (ASD) vary in age of onset, but are classically diagnosed by adolescence or early adulthood at latest. The possibility that development of late life ASD may occur has been poorly explored. Recent studies have suggested that late life onset of ASD symptoms can develop in frontotemporal dementia, but have not been linked to the development of other dementias or mild cognitive impairment (MCI). In order to characterize late- life ASD symptoms in MCI and dementia, we surveyed the caregivers of 140 subjects with late-life cognitive impairment from the University of Kentucky Alzheimer’s Disease Center Longitudinal Cohort using the GARS-II. Eighty-one subjects returned the survey for a response rate of 58%. Subjects with the highest autism index ratings reported significantly younger age at onset of decline than those who scored in the ‘Unlikely’ range (n=49): 68.2±9.3 vs 74.9±7.9 (p < 0.01). This remains true when the respondents were restricted to just those cases with dementia (n=13 and n=33): 67.7±9.4 vs. 74.0±8.8 (p < 0.05). These data demonstrate that ASD symptoms are associated with late-life degenerative dementia and that such symptoms are more prevalent in those with early vs. late onset dementia. It is possible that lifelong subclinical ASD tendencies, might manifest only when neurological function is compromised by the development of even the mildest of pathologic insults in geriatric years. Further work examining the interplay between ASD and late life dementia could help identify key areas of shared neuroanatomic involvement between ASD and late life dementias, and provide valuable insights that might hasten the development of therapeutic strategies for both ASD and behavioral features seen in MCI and dementia states.

Ageing and autism: A longitudinal follow-up study of mental health and quality of life in autistic adults

Roestorf, A., Howlin, P., & Bowler, D.M.
Frontiers in Psychology, 2022 Aug. https://doi.org/10.3389/fpsyg.2022.741213

Poor mental health is known to adversely affect functional abilities, social isolation, and quality of life (QoL). It is, therefore, crucial to consider the long-term impacts of mental health conditions as autistic adults grow older. To explore, in a group of community-based autistic adults, the extent of: (i) autistic traits, co-occurring physical and mental health conditions; (ii) age-related differences in those conditions, and changes over time; and (iii) their impact on everyday living and QoL. About Sixty-eight autistic adults (aged 19–80 years) participated in the first study (T1); 49 participants from T1 took part in a follow-up at T2 (mean retest interval 2.4 years). Standardised self-report measures of autistic traits, mental health, and QoL were completed at both time points. Over two-thirds (71%) of autistic adult participants experienced at least one co-occurring condition, and over a third (37%) met the criteria for three or more co-occurring conditions. Mental and physical health difficulties were related to autistic traits and difficulties in everyday life and were consistent predictors of poor QoL at T1 and T2. Mental health difficulties in autism persisted into older age and did not improve over time. These findings have important implications for mental health provision for autistic adults in older age.

Autistic spectrum disorder symptoms in a geriatric population with MCI and early dementia

Jicha, G.A.
Journal of Alzheimers Disease and Parkinsonism, 2013 Sept, 3:4 [Preceedings of the 2013 International Conference on Psychology, Autism and Alzheimers Disease; San Antonio, Texas].   DOI: 10.4172/2161-0460.S1.004

Autism spectrum disorders (ASD) represent a heterogeneous cluster of clinical phenotypes that may vary in age of onset, but are classically diagnosed by adolescence or early adulthood at latest. The possibility that development of late life ASD may occur after this age has been poorly explored. Several recent studies have suggested that late life onset of ASD symptoms can develop in frontotemporal dementia, but otherwise have not been linked to the development of neurodegenerative disorders such as Alzheimer?s disease (AD) or mild cognitive impairment (MCI). In order to more fully characterize the possibility of late life emergence of ASD symptoms in MCI and AD, we surveyed the caregivers of 140 subjects with late-life cognitive impairment from the University of Kentucky Alzheimer?s Disease Center Longitudinal Cohort using the GARS-II. Eighty-one caregivers returned the survey for a response rate of 58%. For subjects whose age of onset of cognitive decline was known, autism index ratings based on the sum of the three GARS-II subscale standard scores were associated with age at onset. Subjects with the highest index ratings (Possible/Very likely, n=14) reported significantly (statistically and clinically) younger age at onset than those who scored in the ?Unlikely? range (n=49): 68.2?9.3 vs. 74.9?7.9 (p=0.0088). This remains true when only the dementia cases are considered: 67.7?9.4 (Possible/Very likely, n=13) vs. 74.0?8.8 (Unlikely, n=33): (p=0.038). These data demonstrate that ASD symptoms are seen in conjunction with late-life degenerative dementia of all types and are more prevalent in those with early vs. late onset dementia. It is possible that lifelong subclinical ASD tendencies, might manifest only when neurological function is compromised by the development of even the mildest of pathologic insults in geriatric years. Further work elucidating a potentially complex interplay between ASD and late life dementia could shed much light on our appreciation of preclinical forms of ASD, identify key areas of shared neuroanatomic involvement between ASD and late life dementias, and further provide valuable insights that might hasten the development of therapeutic strategies for both ASD and late life neurodegenerative disorders.

Examining older adults with neuroatypical conditions for MCI/dementia: Barriers and recommendations of the Neuroatypical Conditions Expert Consultative Panel

Janicki, M.P.,J.A, Hendrix, McCallion, P., and the Neuroatypical Conditions Expert Consultative Panel

Alzheimer's & Dementia: Diagnosis, Assessment & Disease Monitoring, 2022, 14(1), e12335.  https://doi.org/10.1002/dad2.12335

Abstract: The Neuroatypical Conditions Expert Consultative Panel composed of numerous clinical and academic experts was convened to examine barriers to the examination of cognitive impairment in adults with a variety of neuroatypical conditions. Neuroatypical conditions affect normative intellectual development and function (such as intellectual disability and intellectual disability with conjoint psychiatric conditions), thought, moods, and cognition (such as severe mental illness), communication functions (such as the autism spectrum and hearing/vision impairments), and brain and motor function (such as cerebral palsy and acquired or traumatic brain injury). The panel concluded that current federal guidance for the assessment of cognitive impairment for mild cognitive impairment (MCI) or dementia does not sufficiently include information as to how to assess such adults. In addition, it concluded that adults with these conditions (1) challenge clinicians when attempting to discern current behavior and function from that which was pre-existing; (2) often have inherent comprehension and oral communication difficulties, motor task performance impediments, and difficulty with visuals; and (3) pose difficulties when assessed with standardized dementia measures and can benefit from the use of specialized instruments. The panel recommended that federal guidance be broadened to include adaptations of assessment practices to accommodate neuroatypical conditions; that educational packs be developed for clinicians about such conditions and on detecting and diagnosing MCI or dementia; and that research be expanded to produce more evidence-based information on both assessing adults with neuroatypical conditions for later-life adult cognitive diseases/disorders and planning post-diagnostic care.

Pourquoi nous avons besoin de recherche sur l&#39;autisme et le vieillissement

Cos Michael. 

Autisme. juil. 2016;20(5):515-6. doi : 10.1177/1362361316647224. Publication en ligne du 2 mai 2016.

Les adultes neurotypiques et leurs familles aspirent à un haut niveau de soins à mesure qu&#39;ils vieillissent. Le fait de savoir que ces soins sont disponibles, soutenus par la recherche, surveillés et dispensés par des professionnels qualifiés rassure. Les personnes autistes ont droit au même niveau de soutien que les autres personnes, mais les structures pour assurer ce soutien n&#39;existent pas en dehors des documents politiques et de quelques rares centres d&#39;excellence. Beaucoup d&#39;entre nous, personnes autistes, se demandent à quoi ressemblera notre vieillesse, et nous n&#39;avons pas de réponses. Sachant qu&#39;il y a si peu de recherches sur le fait de nous aider à mesure que nous vieillissons, la vieillesse devient une perspective effrayante. La recherche sur toute condition permanente suit généralement la durée de vie des personnes atteintes de cette condition afin de comprendre sa trajectoire et de fournir un point de référence par rapport auquel le succès des interventions peut être marqué. Pourtant, à quelques exceptions près, la recherche sur l&#39;autisme a généralement exclu les personnes autistes de plus de 40 ans. Nous ne savons pratiquement rien de ce qui arrive aux personnes autistes, physiquement, cognitivement, émotionnellement et socialement à mesure que nous traversons l&#39;âge moyen et avancé. Ce que nous savons, c&#39;est qu&#39;il existe un risque beaucoup plus élevé de mortalité prématurée dans l&#39;autisme ; en moyenne, les personnes autistes avec une déficience intellectuelle supplémentaire meurent 30 ans avant les personnes non autistes  - l&#39;épilepsie étant identifiée comme la principale cause de décès prématuré dans ce groupe - et les personnes autistes sans déficience intellectuelle meurent 12 ans plus tôt que les adultes typiques. Pourquoi investir des ressources dans la recherche d&#39;interventions en matière d&#39;autisme au cours des premières années, puis ignorer leurs résultats à long terme ou suivre la trajectoire de la vie des autistes jusqu&#39;à leur conclusion ? Les changements cognitifs et diverses affections neurologiques sont des domaines de recherche importants, non seulement pour la manière dont ils affectent les personnes autistes, mais également pour la manière dont ils peuvent se manifester différemment que chez les personnes neurotypiques vieillissantes. Il existe une théorie selon laquelle les personnes autistes pourraient mieux faire face ou être protégées contre les effets du vieillissement cognitif, ce qui, s&#39;il est vrai, pourrait éclairer la recherche sur la démence dans la population générale.

Self-reported cognitive decline among middle and older age autistic adults

Klein, C.B., McQuaid, G.A., Charlton, R.A., Klinger, L.G., & Wallace, G.L.

Autism Res. 2022 Dec 13. doi: 10.1002/aur.2877. Epub ahead of print. PMID: 36513614.

Abstract: Very little is known about autistic adults as they age. Early evidence suggests a potentially high risk for dementia and atypical cognitive decline in autistic middle and older age adults. Research in the general population indicates that self-reported cognitive decline may predict future dementia earlier than performance-based measures. Nevertheless, self-report dementia screeners have not been used to date in autism research. In a sample of middle and older age autistic adults (N = 210), participants completed a self-rated dementia screener, the AD8, to describe the rate of cognitive decline, examine associations of cognitive decline with age, educational level, sex designated at birth, and autistic traits, and document the psychometrics of a dementia screener in autistic adults. We found high rates of cognitive decline with 30% of the sample screening positive. The most common symptoms were declining interest in leisure activities, and increases in everyday problems with thinking, memory, and judgment. There was evidence that autistic individuals designated female at birth may be more vulnerable to cognitive decline than autistic individuals designated male at birth. Notably, reports of cognitive decline did not vary by age or educational level. Modestly elevated autistic traits were found in those screening positive versus negative for cognitive decline. Finally, the dementia screener showed good psychometrics, including convergent validity with an independent measure of current memory problems. These results could signal an emerging public health crisis in autistic adults as they age, and support the potential utility of self-report measures for early screening for cognitive decline in this population.

The search for a link between autism spectrum disorder and neurodegenerative dementia

Fumagalli, G.G., & Crippa, A.

Minerva Psychiatry, 2022 September, 63(3), 189-196. DOI: 10.23736/S2724-6612.22.02370-3

Abstract: As the prevalence rates of autism and neurodegenerative dementia are rising, it has become a public health priority understanding the factors that might contribute to the co-occurrence of the two conditions. To date, the literature about the intersection between autism and neurodegenerative dementia is still limited although growing. In this perspective article, we summarized the evidence on this topic, describing the behavioral features shared by autism and neurodegenerative dementia, including social communication difficulties, cognitive alterations, and emotional problems. In addition, we reviewed the results from recent studies on the prevalence of dementia in autistic older individuals. Last, we focused on possible shared mechanisms and pathological underpinnings for each condition. We highlighted the importance of understanding the strengths and the needs of autistic subjects who present comorbid dementia, in order to develop long term care resources and arrange appropriate intervention programs. Furthermore, we argued that the systematic study of potentially common etiopathological mechanisms could increase our knowledge about the pathological basis of autism and neurodegenerative dementia, to possibly develop targeted interventions.

Aging in autism spectrum disorders: a mini-review 

Happé, F., & Charlton, R.A.

Gerontology, 2012, 58(1), 70-78. doi: 10.1159/000329720. Epub 2011 Aug 24. PMID: 21865667.

Abstract: This article addresses an important and barely researched topic: what happens to children with autism spectrum disorders when they grow old. We review the small published literature on aging in autism. We then consider the relevance of research on ‘neurotypical’ aging in core domains of autistic impairment: social cognition, executive function, cognitive style and memory. Research themes from the study of normal aging, including cognitive reserve, compensation, quality of life, loneliness and physical health are of relevance for future research on autism. Studies of aging in autism will be important not only to plan appropriate services, but also to shed light on the full developmental trajectory of this neurodevelopmental condition, and perhaps provide clues to neuropathology and etiology.

Into the unknown: Aging with autism spectrum disorders

Perkins, E.A., & Berkman, K,A.

Am J Intellect Dev Disabil, 2012 Nov,117(6), 478-96. doi: 10.1352/1944-7558-117.6.478. PMID: 23167487

Abstract: Research investigation of older adults with autism spectrum disorders (ASD) noticeably lags behind studies of children and younger adults with ASD. This article reviews the current literature regarding a range of quality of life outcomes of aging adults with ASD. Studies that have addressed life expectancy, comorbid physical and mental health issues, ASD symptomatology, and social, residential, and vocational outcomes are reviewed. Research challenges in identifying older cohorts of adults with ASD are also discussed, and notable areas of concern are highlighted. Overall, aging with ASD does present challenges, but there is also evidence that positive outcomes are attainable. The article concludes with brief recommendations on how to optimize the aging process for individuals with ASD.

Frontotemporal neurofibrillary tangles and cerebrovascular lesions are associated with autism spectrum behaviors in late-life dementia

Rhodus, E.K., Barber, J., Kryscio, R.J. et al.

J Neurol., 269, 5105–5113 (2022). https://doi.org/10.1007/s00415-022-11167-y

Abstract: The pathologic substrates or neuroanatomic regions responsible for similarities in behavioral features seen in autism spectrum disorder and late-life dementia remain unknown. The present study examined the neuropathologic features of late-life dementia in research volunteers with and without antemortem behaviors characteristic of autism spectrum disorders. Antemortem cross-sectional assessment of autistic spectrum behaviors proximal to death in persons with diagnosis of mild cognitive impairment or dementia was completed using the Gilliam Autism Rating Scale, 2nd edition (GARS-2), followed by postmortem quantitative and semiquantitative neuropathologic assessment. All individuals who completed the GARS-2 prior to autopsy were included (n = 56) and we note that no participants had known diagnosis of autism spectrum disorder. The GARS-2 was used as an antemortem screening tool to stratify participants into two groups: “Autism Possible/Very Likely” or “Autism Unlikely.” Data were analyzed using nonparametric statistics comparing location and scale to evaluate between-group differences in pathologic features.  Neurofibrillary tangles (NFT; p = 0.028) density and tau burden (p = 0.032) in the frontal region, the NFT density (p = 0.048) and neuritic plaque burden (p = 0.042), and the tau burden (p = 0.032) of the temporal region, were significantly different in scale between groups. For measures with significant group differences, the medians of the Autism Possible/Very Likely group were roughly equal to the 75th percentile of the Autism Unlikely group (i.e., the distributions were shifted to the right). This study links behaviors characteristic of autism to increased pathologic tau burden in the frontal and temporal lobes in persons with late-life dementia. Additional studies are needed to determine causal factors and treatment options for behaviors characteristic of autism behaviors in late-life dementias.

Age-related physical health of older autistic adults in Sweden: a longitudinal, retrospective, population-based cohort study

Liu S, Larsson H, Kuja-Halkola R, Lichtenstein P, Butwicka A, Taylor MJ. Lancet Healthy Longev. 2023 Jul;4(7):e307-e315. doi: 10.1016/S2666-7568(23)00067-3. Epub 2023 Jun 6. PMID: 37295448.

Abstract: Research of health outcomes in older autistic adults (≥45 years) is concerningly scarce, and little is known about whether intellectual disability and sex affect the health outcomes of this population. The aim of this study was to investigate the association between autism and physical health conditions in older adults and to examine these associations by intellectual disability and sex. Authors conducted a longitudinal, retrospective, population-based cohort study of the Swedish population born between Jan 1, 1932, and Dec 31, 1967, using linked data from the nationwide Total Population Register and the National Patient Register. They excluded individuals who died or emigrated before the age of 45 years, or with any chromosomal abnormalities. Follow-up started at age 45 years for all individuals, and ended at emigration, death, or Dec 31, 2013 (the latest date of available follow-up), whichever was soonest. Diagnoses of autism, intellectual disability, 39 age-related physical conditions, and five types of injury (outcomes) were obtained from the National Patient Register. For each outcome, they calculated 25-year cumulative incidence and used Cox models to estimate hazard ratios (HRs). All analyses were repeated separately by intellectual disability and sex. Findings Of 4200887 older adults (2063718 women [49·1%] and 2137169 men [50·9%]) in the study cohort, 5291 (0·1%) had a diagnosis of autism recorded in the National Patient Register. Older autistic adults (median follow-up 8·4 years [IQR 4·2–14·6]) had higher cumulative incidence and HRs of various physical conditions and injuries than their non-autistic counterparts (median follow-up 16·4 years [8·2–24·4]). In autistic individuals, the highest cumulative incidence was observed for bodily injuries (50·0% [95% CI 47·6–52·4]). Conditions that autistic adults were at higher risk of than were non-autistic adults included heart failure (HR 1·89 [95% CI 1·61–2·22]), cystitis (2·03 [1·66–2·49]), glucose dysregulation (2·96 [2·04–4·29]), iron deficiency anemia (3·12 [2·65–3·68]), poisoning (4·63 [4·13–5·18]), and self-harm (7·08 [6·24–8·03]). These increased risks mainly persisted regardless of intellectual disability or sex. Their data indicate that older autistic adults are at substantially increased risk of age-related physical conditions and injuries compared with non-autistic adults. These findings highlight the need for collaborative efforts from researchers, health services, and policy makers to provide older autistic individuals with the necessary support to attain healthy longevity and a high quality of life.

Elderly with autism: Executive functions and memory

Geurts, H. M., & Vissers, M. E.

Journal of autism and developmental disorders, 2012, 42(5), 665–675. https://doi.org/10.1007/s10803-011-1291-0

Abstract: Cognitive autism research is mainly focusing on children and young adults even though we know that autism is a life-long disorder and that healthy aging already has a strong impact on cognitive functioning. We compared the neuropsychological profile of 23 individuals with autism and 23 healthy controls (age range 51–83 years). Deficits were observed in attention, working memory, and fluency. Aging had a smaller impact on fluency in the high functioning autism (HFA) group than in the control group, while aging had a more profound effect on visual memory performance in the HFA group. Hence, we provide novel evidence that elderly with HFA have subtle neuropsychological deficits and that the developmental trajectories differ between elderly with and without HFA in particular cognitive domains..

A longitudinal study on cognitive aging in autism

Torenvliet, C., Groenman, A.P., Radhoe, T.A., Agelink van Rentergem, J.A., Van der Putten, W.J., & Geurts, H.M.

Psychiatry Research, 2023, 321,115063. https://doi.org/10.1016/j.psychres.2023.115063.

Abstract: Longitudinal studies on cognitive aging in autism are scarce, and largely underpowered, yet essential to obtain more conclusive results on cognitive changes in autism during adulthood. In the largest longitudinal study on cognition thus far, we aimed to get more insight into cognitive aging in autism. As pre-registered, we computed reliable change indices (RCIs) and multilevel models to estimate cognitive changes in 128 autistic, and 112 non-autistic adults (range: 24–85 yrs.) over two to three timepoints (average interval: 3.5 yrs.). Participants were tested on 15 outcome measures, covering verbal memory, visual (working) memory, prospective memory, theory of mind, fluency, response speed, inhibition, planning, and switching. RCIs showed no significant differences between groups (autism/no-autism) in changes over time. Using multilevel models, most tasks showed sensitivity to cross-sectional age-related effects, and/or longitudinal changes, with worse performance at older age, and later timepoints. However, effects were not significantly different between the autism and no-autism group. This lack of group differences was substantiated by additional Bayesian analyses. In sum, the current study provides evidence for parallel (similar) cognitive aging in autism. Specifically, autistic individuals diagnosed in adulthood, without intellectual disability, do not seem at risk for accelerated cognitive decline.

Diagnosing autism spectrum disorders in elderly people

van Niekerk MEH, Groen W, Vissers CTWM, van Driel-de Jong D, Kan CC, Oude Voshaar RC.

International Psychogeriatrics. 2011;23(5):700-710. doi:10.1017/S1041610210002152

Abstract:  As autism spectrum disorders (ASD) have largely been neglected in old-age psychiatry, the objective of the present paper is to describe the diagnostic process in elderly patients. A systematic review of the literature on ASD in older age was undertaken and illustrated by a case series of three elderly patients first diagnosed with ASD in later life by a tertiary mental health clinic. The search of the literature only yielded three papers on late-life ASD, while the review of the available diagnostic procedures among adults suggests some relevance for screening instruments (Autism Questionnaire), diagnostic instruments (Module 4, Autism Diagnostic Observation Schedule), and neuropsychological examination to profile impairments. Nonetheless, the case reports clearly showed that taking a thorough history with the patient, corroborated and supplemented by a close relative or caregiver who has known the patient for at least ten years, still remains the most important diagnostic tool. The three case studies show that in clinical practice ASD can easily be missed in elderly individuals presenting with comorbid psychiatric disorders, potentially causing iatrogenic damage. Although further research on phenotyping and diagnosing ASD in older people is warranted, the most important step at this point is to create a greater awareness of the possibility of ASD in old age among health-care professionals working with people in this age group.

Screening for autism spectrum disorders in adult psychiatric out-patients: a preliminary report

Nylander L, Gillberg C.

Acta Psychiatr Scand. 2001 Jun;103(6):428-34. doi: 10.1034/j.1600-0447.2001.00175.x.

Abstract:  To estimate the prevalence of autism spectrum disorders (ASD) among adult psychiatric out-patients; to evaluate the efficacy of a new brief screening questionnaire (ASDASQ). 1323 adult psychiatric out-patients were screened by staff. Analysis of psychiatric records of patients (n = 66) scoring high on the ASDASQ yielded 31 patients with a suspected ASD. Twenty-two of these patients were clinically examined. Three psychometric aspects of the questionnaire were studied. Seventeen patients were found by clinical examination to have an ASD. Since two patients scoring low on the ASDASQ were known to have an ASD, at least 19 patients in this population (1.4%) had a definite ASD. Seventeen of the ASD patients had been previously diagnosed with other psychiatric disorders, most frequently schizophrenia (n = 5). Of patients attending a treatment centre for severe psychiatric disabilities (n = 499), 3.2% had an ASD. The ASDASQ showed good reliability across and within raters. Internal consistency was excellent. Adult psychiatric patients sometimes have undiagnosed autism spectrum disorders. The ASDASQ can be useful for screening.

Clinical practice guidelines for diagnosis of autism spectrum disorder in adults and children in the UK: a narrative review

Hayes, J., Ford, T., Rafeeque, H. et al.

BMC Psychiatry 18, 222 (2018). https://doi.org/10.1186/s12888-018-1800-1

Abstract:  Research suggests that diagnostic procedures for Autism Spectrum Disorder are not consistent across practice and that diagnostic rates can be affected by contextual and social drivers. The purpose of this review was to consider how the content of clinical practice guidelines shapes diagnoses of Autism Spectrum Disorder in the UK; and investigate where, within those guidelines, social factors and influences are considered. We electronically searched multiple databases (NICE Evidence Base; TRIP; Social Policy and Practice; US National Guidelines Clearinghouse; HMIC; The Cochrane Library; Embase; Global health; Ovid; PsychARTICLES; PsychINFO) and relevant web sources (government, professional and regional NHS websites) for clinical practice guidelines. We extracted details of key diagnostic elements such as assessment process and diagnostic tools. A qualitative narrative analysis was conducted to identify social factors and influences. Twenty-one documents were found and analysed. Guidelines varied in recommendations for use of diagnostic tools and assessment procedures. Although multidisciplinary assessment was identified as the ‘ideal’ assessment, some guidelines suggested in practice one experienced healthcare professional was sufficient. Social factors in operational, interactional and contextual areas added complexity to guidelines but there were few concrete recommendations as to how these factors should be operationalized for best diagnostic outcomes. Although individual guidelines appeared to present a coherent and systematic assessment process, they varied enough in their recommendations to make the choices available to healthcare professionals particularly complex and confusing. We recommend a more explicit acknowledgement of social factors in clinical practice guidelines with advice about how they should be managed and operationalised to enable more consistency of practice and transparency for those coming for diagnosis.

bottom of page